Insuffisance cardiaque, le défi du progrès

>On meurt moins d’infarctus, mais on peut apprendre à vivre avec des séquelles. ” «On peut être jeune sportif et, à la suite d’un infarctus sur le terrain de football, se retrouver insuffisant cardiaque en attente d’une greffe à 30 ans. Contrairement à une idée reçue, l’insuffisance cardiaque n’est pas toujours une maladie d’usure et de gens âgés», prévient le Pr Yves Juillière, cardiologue au CHU de Nancy. Cette atteinte de la fonction cardiaque qui retentit sur tout l’organisme ne se manifeste que tardivement, par un essoufflement croissant à l’effort, une fatigue, un cœur rapide et un œdème des jambes. «Le cœur ne joue plus correctement son rôle, parce qu’il n’arrive plus à se contracter efficacement pour envoyer le sang dans tout l’organisme (on parle alors d’atteinte systolique) ou parce qu’il ne se remplit plus correctement (c’est l’insuffisance diastolique).» La première atteint des malades de tous âges, la seconde surtout les plus âgés, mais les symptômes sont les mêmes (…)”. Lefigaro.fr, par Martine Lochouarn, le 21.06.2010″