Infos Biotech – La Zambie va lancer 2 variétés de niébé tolérantes à la sécheresse – Mise à jour sur la biotechnologie des cultures (3 juin 2020)– Act-in-biotech

3 juin 2020

Kalaluka Munyinda, professeur, Département de phytologie, dans le domaine expérimental de l’Université de Zambie. (Photo: Université de Zambie)

La Zambie recevra bientôt deux nouvelles variétés de sécheresse niébé tolérant qui peut produire jusqu’à 10 pour cent de rendement en plus que ses variétés d’origine malgré la chaleur, la sécheresse, les ravageurs et les maladies qui prévalent dans le pays. Les deux nouvelles cultures peuvent potentiellement accroître la sécurité alimentaire et générer des revenus plus élevés pour les agriculteurs.

Le développement des variétés de niébé Lunkhwakwa et Lukusuzi est un projet collaboratif mené par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et l’Université de Zambie. Les graines de niébé zambiennes locales ont été exposées à une irradiation gamma dans le laboratoire FAO / AIEA en Autriche, puis retournées en Zambie. Ceux-ci ont été testés sur le terrain et se sont révélés mûrir plus tôt et nécessitent moins d’eau. Par rapport au niébé conventionnel, les deux nouvelles variétés ont mieux résisté à la sécheresse tout en produisant des rendements plus élevés et ont mieux performé contre certains ravageurs et maladies. La sélection des variétés a été faite avec Les agriculteurs ainsi que les scientifiques qui ont aidé à les développer. La production de semences est en cours et les semences seront prêtes à être distribuées en novembre 2020.

Le projet visait initialement à aider les agriculteurs vivant dans les zones sèches de la Zambie qui ne sont pas en mesure de produire suffisamment de nourriture en raison de la sécheresse accrue causée par les effets de changement climatique. Mais comme les nouvelles variétés se sont également révélées tolérantes aux maladies, les développeurs prévoient également de les cultiver dans les zones de fortes précipitations où le principal problème est la perte de rendement due aux maladies du niébé.

Lire le communiqué de presse de AIEA Pour en savoir plus.

Tu pourrais aussi aimer:

Source: Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *