Biotech Afrique- Une nouvelle souche de virus est probable au Nigeria, selon le ministre – Act-in-biotech

De Moses Emorinken, Abuja

Il existe une possibilité d’une nouvelle souche de COVID-19 dans le pays, a déclaré jeudi le ministre de la Santé, le Dr Osagie Ehanire.

Il a déclaré: «En ce qui concerne la souche de COVID-19, oui, lorsque les Nigérians revenaient en lots de différents pays – États-Unis, Arabie saoudite, Europe, Chine, la question s’est posée et certains d’entre eux ont été testés positifs pour COVID-19.

«La question s’est posée de savoir si la souche de COVID-19 dont ils disposent est la même que celle connue. L’Institut national de recherche et de développement pharmaceutiques (NIPRD) a effectué un séquençage du génome du virus du cas index, il y a longtemps; c’est le premier en Afrique.

«Il a été confirmé qu’il s’agissait de la même souche que ce qui circulait en Italie et en Chine. Donc, nous avons soulevé la question de savoir s’il y a eu des mutations depuis lors chez des personnes venant d’autres régions.

Lire aussi: COVID-19: 39,4 millions de Nigérians pourraient perdre leur emploi avant la fin de 2020 – FG

« Je n’ai pas encore d’informations à ce sujet, mais on soupçonne que c’est possible. Il n’est pas encore mis à jour mais je suis sûr que les centres de recherche de Yaba, Lagos et celui d’Ede essaient de faire un séquençage qui nous montrera si tous ces virus sont les mêmes ou s’ils ont un séquençage différent.

« En ce qui concerne l’herbe de Madagascar, nous n’avons pas encore d’informations. Nous les avons données à nos centres de recherche et ils y travaillent. Aucun d’eux n’a encore rendu compte. Le temps qu’il faudra pour toutes ces recherches n’est pas ce que nous savons, mais je pense qu’après un certain temps, je vais les contacter pour savoir s’ils peuvent me donner un rapport intérimaire. »

Le directeur général du Nigeria Center for Disease Control (NCDC), le Dr Chikwe Ihekweazu, a ajouté: «Entre le week-end dernier et aujourd’hui, nous avons effectué la plus grande distribution d’équipements de protection individuelle (EPI) depuis le début de l’intervention.

«Le dernier lot sort aujourd’hui (hier) car je voulais le sortir avant le jour férié de demain. Tout ce que nous faisons, c’est soutenir les États.

«De nombreux États prennent leurs responsabilités. Beaucoup de laboratoires dans certains États comme Jigawa et Ekiti, sont effectués par le gouvernement de l’État pour accélérer les efforts eux-mêmes. Nous continuerons de travailler main dans la main avec tous nos gouverneurs d’État pour améliorer la réponse à travers le pays. »

Source: Source link