Biotech Afrique- Histoires majeures sur la santé publiées la semaine dernière – Act-in-biotech

Les scientifiques sont toujours à la recherche d’un vaccin contre le nouveau coronavirus (COVID-19) qui a tué des milliers de personnes à travers le monde depuis sa première apparition en Chine en décembre dernier.

Le virus COVID-19 a infecté environ sept millions de personnes et tué plus de 400 000 personnes dans le monde. Le Nigéria a enregistré plus de 12 000 infections et 342 décès au 6 juin.

Il y a également un revers dans la lutte contre le virus Ebola, la République démocratique du Congo ayant signalé de nouveaux cas de la maladie au cours de la semaine.

Voici quelques histoires sur la santé qui ont fait la une des journaux la semaine dernière

Coronavirus: le Nigeria enregistre plus de 12 000 cas

Le Nigeria Center for Disease Control (NCDC) a annoncé samedi 389 nouveaux cas de COVID-19, portant le nombre de cas confirmés dans le pays à 12, 233.

Neuf nouveaux décès ont été enregistrés samedi.

«Jusqu’à ce jour, 12 233 cas ont été confirmés, 3 826 cas ont été libérés et 342 décès ont été enregistrés dans 35 États et le territoire de la capitale fédérale», a-t-il déclaré.

La Fondation Gates promet 1,6 milliard de dollars à GAVI pour des vaccins vitaux

La Fondation Bill et Melinda Gates, jeudi, a promis 1,6 milliard de dollars à GAVI, l’alliance mondiale pour les vaccins, afin de vacciner 300 millions d’enfants dans les pays les plus pauvres du monde d’ici 2025.

La fondation a déclaré vendredi dans un communiqué que l’engagement, qui est un engagement de cinq ans, a été pris lors du Sommet mondial sur les vaccins, organisé par le Premier ministre britannique Boris Johnson.

La Fondation Gates s’engage également à investir 100 millions de dollars dans les nouveaux efforts de Gavi pour acheter des vaccins COVID-19 pour les pays à faible revenu grâce à un nouvel engagement sur le marché des vaccins COVID-19.

À la fin de la réunion, 8,8 milliards de dollars ont été collectés auprès de dirigeants et d’entreprises du monde entier.

Une nouvelle épidémie d’Ebola signalée en RDC

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a annoncé samedi un nouvelle épidémie de virus Ebola dans la zone de santé de Wangata, Mbandaka, dans la province de l’Équateur.

Cette annonce intervient alors qu’une épidémie d’Ebola longue, difficile et complexe dans l’est de la République démocratique du Congo est dans sa phase finale, tandis que le pays lutte également contre le COVID-19 et la plus grande épidémie de rougeole au monde.

D’après les premières informations fournies par le ministère de la Santé, six cas d’Ebola ont jusqu’à présent été détectés à Wangata, dont quatre sont décédés et deux sont soignés.

Un bébé de deux mois diagnostiqué avec COVID-19 à Delta

Vendredi, le commissaire à la santé de Delta, Mordi Ononye, ​​a confirmé qu’une bébé de deux mois figurait parmi les 116 cas confirmés de COVID-19 dans l’État.

M. Ononye a déclaré lors d’une conférence de presse à Asaba que les pédiatres prenaient soin de l’enfant et a exprimé son optimisme quant à l’amélioration et à la sortie du bébé.

Il a déclaré que l’État comptait actuellement 116 cas confirmés de pandémie, dont 31 renvoyés et 77 cas actifs.

COVID-19 a perturbé la prestation des services de santé essentiels dans le monde – OMS

Une nouvelle enquête de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé que les services de santé les maladies non transmissibles ont été perturbées depuis le début de la pandémie de coronavirus (COVID-19).

L’agence de santé des Nations Unies a déclaré que presque toutes les activités de santé, en particulier les services de prévention et de traitement des maladies non transmissibles (MNT), ont été suspendues par les hôpitaux dans le monde.

Le Directeur général de l’OMS, Tedros Ghebreyesus, a déclaré que «de nombreuses personnes qui ont besoin d’un traitement pour des maladies comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et le diabète n’ont pas reçu les services de santé et les médicaments dont elles ont besoin depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Gynécologue: arrêtez d’abuser des analgésiques ou risquez l’infertilité

Un obstétricien et gynécologue consultant, Abosede Lewu, a exhorté les femmes à arrêter l’abus ou l’utilisation cohérente des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), également connus sous le nom de analgésiques pour prévenir l’infertilité.

Mme Lewu, responsable du projet Keep All Mothers Alive (KAMA), a déclaré que l’utilisation cohérente des AINS a des effets négatifs sur le cycle menstruel et l’ovulation des femmes.

Les AINS ou analgésiques sont des médicaments qui réduisent la douleur, diminuent la fièvre, préviennent les caillots sanguins et à des doses plus élevées, diminuent l’inflammation.

Le NLC condamne les coupes dans les budgets de la santé et de l’éducation

Le Congrès du travail du Nigeria (NLC), a critiqué mercredi la décision du gouvernement fédéral de réduire considérablement le budget des soins de santé primaires de N44,4 milliards à N25,5 milliards et le budget de l’éducation de base universelle (UBE) de N111,7 milliards à N51,1 milliards, alors qu’il n’a que légèrement réduit le budget pour la rénovation du complexe de l’Assemblée nationale à partir de N37 milliards à N27,7 milliards.

Préoccupé par le fait que le budget pour la rénovation du complexe de l’Assemblée nationale n’ait été réduit que de 25,1%, tandis que celui du Fonds pour les soins de santé de base, qui est destiné à couvrir tous les centres de soins de santé primaires dans les 774 collectivités locales de la pays, a été considérablement réduit de plus de 42,5 pour cent, selon les syndicats, le gouvernement a été mal avisé dans son calcul.

Aucune preuve que les mutations du SRAS-CoV-2 augmentent la transmissibilité

Depuis l’émergence du SRAS-CoV-2 dans la population humaine fin 2019, le virus accumule des mutations dans son code génétique, qui comprend de l’ARN simple brin.

Certains craignaient que certaines de ces mutations n’augmentent la transmissibilité du virus, c’est-à-dire sa capacité à se propager entre les personnes.

Des chercheurs de l’Institut de génétique de l’University College London (UCL) au Royaume-Uni ont maintenant analysé les génomes de plus de 15 000 échantillons de SARS-CoV-2. Ceux-ci provenaient de personnes de 75 pays différents.

L’analyse révèle que les mutations du virus n’augmentent pas sa transmissibilité et sont plutôt neutres ou nuisibles à sa propagation.

Deux millions de patients atteints d’une maladie pulmonaire remarquent une amélioration des symptômes pendant le verrouillage

La recherche suggère que près de deux millions de Britanniques vivant avec des affections pulmonaires ont vu leurs symptômes s’améliorer à la suite de la fermeture du coronavirus.

La British Lung Foundation a interrogé plus de 14 000 personnes vivant avec tout, de l’asthme à la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Un sur six (16,2 pour cent) a salué la baisse de la pollution atmosphérique, avec des restrictions extrêmes obligeant beaucoup à rester à l’intérieur.

Lorsqu’ils sont extrapolés à la population générale, environ 1,94 million de patients profiteraient d’un air plus pur.

Source: Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *