Biotech Afrique- BIO Africa Innovation Hub – The Mail & Guardian – Act-in-biotech

SPONSORISÉ

Le BIO Africa Innovation Hub est une nouvelle approche pour soutenir le pipeline de bio-innovation en Afrique. AfricaBio s’est associé à l’Université Emory pour conceptualiser la construction d’un écosystème entrepreneurial numérique afin de répondre aux besoins immédiats (Covid-19) et à long terme de la bio-innovation en Afrique. Le Hub hébergera six portails (marché, centre d’idées, financement et accès au marché, formation, recherche scientifique et communications) pour soutenir les bio-innovateurs à travers leurs étapes d’innovation.

L’Université Emory soutient le projet par le biais de son programme d’accélération, Advancing Healthcare Innovation in Africa, parrainé par le Dr Dennis Liotta et géré par Bethany Larkin, tous deux de l’Université Emory.

Centre de ressources scientifiques

De nouvelles recherches, données et idées du monde entier circulent rapidement. Il est difficile de se tenir au courant des dernières informations fiables. Les bio-innovateurs africains ont besoin d’une source fiable et centrale d’informations organisées pour accélérer leurs recherches et les guider dans la croissance de leur entreprise. AfricaBio et l’Université Emory ont uni leurs forces pour créer le centre de ressources scientifiques en réponse à l’évolution rapide de l’espace d’innovation pendant la pandémie de Covid-19.

Le Scientific Resource Hub connecte les innovateurs en Afrique avec des données fiables pour informer leurs innovations, fournir une base de preuves solide et susciter de nouvelles façons de penser. Avec la vision de s’étendre à d’autres sujets, le Hub fournit actuellement des ressources Covid-19 organisées pour l’innovateur africain, y compris des passerelles vers la recherche, des événements et des webinaires, et des blogs à jour sur des sujets clés de Covid-19 tels que le diagnostic, le traitement et la prévention.

L’Université Emory propose des activités de recherche et de création de contenu grâce à une équipe d’étudiants en sciences et en santé publique dirigée par le Dr Constance Shreckengost (Université Emory); Dr Theresa Gillespie (Université Emory); Dr Raveen Parboosing (Université du KwaZulu-Natal); et le Dr Jeffrey Mphahlele (vice-président de la recherche au Conseil sud-africain de la recherche médicale) pour assurer le leadership scientifique et garantir la qualité de l’information. Le BIO Africa Innovation Hub espère devenir une ressource incontournable pour les innovateurs, entrepreneurs et scientifiques africains.


Étoiles montantes à la Convention BioAfrica 2020

Les sessions Women in STEM fournissent des forums pour délibérer sur des questions critiques et d’actualité affectant la sous-représentation des femmes dans les STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) à l’échelle mondiale. Les discussions de 2020, toutes deux animées par le professeur Quarraisha Abdool Karim, seront centrées sur le rôle des femmes dans les STEM, avec une session des femmes à la direction du secteur ainsi qu’un accent particulier sur la célébration des jeunes femmes qui seront les futures leaders dans les STEM, et comment mobiliser le soutien de la base pour que les filles augmentent leur nombre grâce à des outils pratiques.

La session Women in STEM: Rising Stars comprendra:

Kerigo Odada

Kerigo Odada est une avocate spécialisée dans les droits humains basée en Afrique du Sud et spécialisée dans la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) en Afrique. Elle a plus de cinq ans d’expérience dans le travail avec des adolescentes et des jeunes femmes aux niveaux national, régional et international. Elle est membre du conseil d’administration de la Youth Coalition for Sexual and Reproductive Rights. Odada a une compréhension approfondie du lien entre le droit, la société et les droits de l’homme, et souhaite utiliser ces connaissances pour plaider en faveur d’une approche de conception plus centrée sur l’humain dans les initiatives axées sur les adolescentes et les jeunes femmes SDSR.

Dr Lenine Liebenberg

Le Dr Lenine Liebenberg (PhD) est une scientifique basée au laboratoire d’immunologie muqueuse du CAPRISA (Centre pour le programme de recherche sur le sida en Afrique du Sud). Elle est maître de conférences honoraire à l’Université du KwaZulu-Natal, membre de la Royal Society & African Academy of Sciences Future Leaders Independent African Researcher Fellow et membre affilié de l’Académie africaine des sciences. La formation universitaire combinée de Liebenberg en virologie médicale, microbiologie, génétique et immunologie oriente la portée de ses recherches sur la compréhension des réponses immunitaires de la muqueuse génitale humaine. Ses recherches utilisent des technologies de pointe qui ont été utiles pour documenter des méthodes pour améliorer l’isolement des cellules génitales des hommes et des femmes, et pour caractériser les facteurs immunitaires génitaux et systémiques facilitant l’infection par le VIH, l’excrétion virale et la transmission du VIH. Ses recherches actuelles portent sur la compréhension des environnements immunitaires et microbiens génitaux féminins pour éclairer la conception d’interventions biomédicales efficaces pour prévenir l’infection par le VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles.

Dr Rose Hayeshi

Rose Hayeshi est titulaire d’un doctorat en biochimie, avec huit ans d’expérience dans le domaine des sciences pharmaceutiques acquise grâce à des postes de formation et de recherche occupés au Zimbabwe, en Suède, aux Pays-Bas et en Afrique du Sud. Elle est employée à la plateforme de développement de médicaments précliniques DST / NWU à l’Université du Nord-Ouest, Potchefstroom. La moitié de son temps est consacrée à la recherche et aux responsabilités académiques en tant que professeure agrégée. L’autre moitié est consacrée à la direction de l’étude pour les tests précliniques conformément aux lignes directrices des bonnes pratiques de laboratoire de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Dr Yumna Moosa

La recherche du Dr Yumna Moosa au sein de la plateforme de recherche d’innovation et de séquençage du KwaZulu-Natal porte sur l’utilisation de la technologie de séquençage de nouvelle génération (NGS) et des méthodes bioinformatiques pour étudier le microbiome et le virome afin de faire progresser la santé des femmes. Elle est étudiante au doctorat de l’Université du KwaZulu-Natal, Durban et présidente du Conseil des étudiants: South African Society for Bioinformatics (SASBi). Elle est titulaire d’un diplôme en mathématiques pures et d’un baccalauréat en médecine et chirurgie (MBChB).

Andiswa Candice Sehoma

Andiswa Sehoma est une agente de plaidoyer pour la campagne d’accès qui négocie avec les fonctionnaires, rencontre les gros bonnets pharmaceutiques, discute de rendre les médicaments abordables, puis mobilise les gens et les piquets pour un accès plus large aux médicaments vitaux. Coordonnatrice de Médecins sans frontières, elle a fait campagne pour réduire les prix des nouveaux médicaments antituberculeux, et a maintenant tourné son attention vers Covid-19 et pour faire campagne contre le profit des médicaments et des vaccins.

Pour plus d’informations, visitez: https://www.bioafricaconvention.com/

Source: Source link